Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et son homologue français Emmanuel Macron
La coopération militaire contre le terrorisme a été au cœur de la visite du Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré en France. Ainsi les deux pays ont signé le 17 décembre 2018 ; un accord intergouvernemental de Défense pour renforcer leur coopération face à une recrudescence d’attaques djihadistes dans le pays, mais Paris n’entend pas augmenter sa présence militaire à ce stade.
Le Burkina Faso est en proie depuis trois ans à une violence djihadiste déstabilisatrice pour les autorités de Ouagadougou qui ont été contraintes de faire appel à la force française Barkhane en octobre, par deux fois. La région du Nord, frontalière du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques depuis 2015. Elles se multiplient, non revendiquées, dans l’Est depuis le début de l’année – contre des convois de l’armée, des services de l’État- ouvrant un nouveau front pour les forces de sécurité burkinabé qui redoutent un scénario à la “malienne”.
“La France restera un partenaire indéfectible face à ce défi”, a souligné Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse commune à l’Elysée avec le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré. La ministre des Armées, Florence Parly, et son homologue Jean-Claude Bouda ont signé lundi un accord permettant « d’améliorer le cadre juridique de la coopération entre nos forces dans le plein respect de la souveraineté de chacun »
Le ministère des Armées précise par ailleurs dans un communiqué que 34 véhicules seront livrés au premier semestre 2019 aux forces burkinabé “engagées dans la lutte contre le terrorisme”.
“Côté français, il n’est pas prévu d’augmentation de notre implication”, a dit Emmanuel Macron, tout en évoquant “la possibilité sur le plan bilatéral de coopération en termes de formation, d’envoi de conseillers militaires ou d’équipements, sur laquelle nous sommes tout à fait disposés”. “Il n’y aura pas d’effectif supplémentaire ni complémentaire”, a abondé Roch Marc Christian Kaboré à propos de la présence française sur son territoire. Florence Parly a souligné à plusieurs reprises la “disponibilité” de la France pour appuyer les forces burkinabé “partout où c’est nécessaire et si elles le demandent”. “Barkhane est tout à fait disposée à monter ce type d’opérations”, a-t-elle déclaré en octobre lors d’une visite au Tchad. Le Burkina Faso est membre de la force conjointe du G5 Sahel, avec la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad.
Source : Le Figaro

Laisser un commentaire