Le ministre de l'Industrie et du commerce Harouna Kaboré

Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré, après une visite de courtoisie au roi du Yatenga pour recevoir ses bénédictions, est allé avec son collègue en charge de l’agriculture prendre le pouls de certaines PMI de transformation de produits locaux.

La délégation ministérielle a visité successivement la laiterie Késsen, une unité de transformation de lait de vache. Plusieurs fois lauréate de prix dont deux fois le PBQ, l’Entreprise de Mme Boly fait face cependant à l’indisponibilité de la matière première, du fait de la crise sécuritaire. Le taux de transformation est en effet passé de 400 litres à 150 litres de lait par jour, du fait du déplacement des producteurs.

Le centre Bas-Neeré du Groupement NAAM est la deuxième unité à recevoir la délégation ministérielle. Avec plus de 70 employés, le centre évolue dans des domaines comme la cosmétique, l’agroalimentaire, le tissage, la menuiserie, la soudure. Il transforme des produits comme le maïs, le neem, le balanitès, la tomate, l’amande de karité etc.

Le maïs c’est aussi le principal produit de transformation de l’Association des femmes entreprenantes du Yatenga. Au nombre de 40, elles transforment quotidiennement une tonne de maïs.

Aoerèma industrie produit quant à elle 140 bidons de 20l d’huile par jour à partir de la graine de coton.

À l’issue de la visite, le Ministre en charge de l’industrie a félicité les promoteurs pour la qualité des produits. “Nous sommes venus sur le terrain pour prendre le pouls de ces PMI, évaluer l’impact de l’accompagnement du ministère que certains ont reçu dans le cadre de L’IRCP-PMI/PME, en vue de mieux orienter d’autres éventuels accompagnements” a expliqué le MICA Harouna Kaboré.

Le séjour du Ministre se poursuit avec la rencontre des associations, Groupement et organisations professionnelles du Secteur Privé du nord sur le PAP 2021.

MICA, notre engagement: faire de la transformation et de la consommation des produits locaux, le socle du développement endogène du Burkina.

MICA

Laisser un commentaire