Une vue à distance de l'explosion à l’État-major général des armées à Ouagadougou

Encore, Ouagadougou vient de subir la lâcheté des forces obscurantistes. Le vendredi 02 mars 2018 dans la matinée aux environs de 10h (GMT), la capitale burkinabè a été frappée à nouveau par une double attaque terroriste simultanée et coordonnées : l’État-major général des armées, l’ambassade de France et l’Institut français. La riposte des Forces de défense et de sécurité a été énergique et implacable car les assaillants ont été abattus.

Une attaque armée contre l’ambassade de France et l’état-major des armées a eu lieu vendredi matin dans la capitale burkinabè. Plusieurs assaillants ont été neutralisés. Au moins 85 personnes ont été blessées.

Une double attaque coordonnée a eu lieu le vendredi 02 mars 2018 aux environs de 10h (GMT), à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. La première a visé, peu avant dix heures, l’ambassade de France. Selon les informations, quatre hommes armés auraient tenté de pénétrer dans les locaux de la chancellerie, sans y parvenir. Un intense échange de tirs a éclaté entre les assaillants et les gendarmes burkinabés protégeant les locaux.

En parallèle, un second raid a eu lieu à environ un kilomètre de là, près de l’Institut français Georges Mélière et l’État-major général des armées. Une violente explosion a été entendue. Selon une source diplomatique française citée par l’agence France-Presse, aucune victime française ne serait à déplorer. Le gouvernement burkinabè : «Tout en condamnant ces actes lâches et barbares, informe les populations qu’un poste avancé est ouvert aux blessés au stade municipal Issoufou Joseph Conombo».

Le bilan officiel fait présentement état de :

08 morts côté burkinabè (2 gendarmes à  l’ambassade de France, 4 militaires à l’État-major général des armées et 2 civils ;

80 blessés dont une dizaine dans un état grave.

08 terroristes abattus ;

02 terroristes arrêtés et le ratissage se poursuit.

Jusque-là l’attaque terroriste n’a pas encore été revendiquée, mais on ne doute plus que cette attaque est purement terroriste et a visé le Burkina, la France et le G5 Sahel.

Car au moment de l’attaque à l’État-major général des armées, une réunion des officiers supérieurs sur le G5 Sahel se tenait en ce lieu.

La salle de réunion a été dévastée par l’explosion. Fort heureusement que la réunion s’est tenue dans une autre salle à la dernière minute.

Du côté des déclarations  le président français Emmanuel Macron affirme  la : «Détermination et le plein engagement de la France, aux côtés de ses partenaires du G5 Sahel, dans la lutte contre les mouvements terroristes ». Quant au président nigérien et président du G5 SahelIssoufou Mahamadou, il condamne les attaques “lâches et barbares” à Ouagadougou. Dans un communiqué, Issoufou Mahamadou dit suivre “avec une attention particulière l’évolution de la situation à Ouagadougou”. Il salue la réaction “énergique et salvatrice” des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso et des pays alliés et exhorte “à la vigilance accrue” dans tous les États.

De son côté, le parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête pour «tentative d’assassinat terroriste».

A Ouagadougou la vie a repris son cours normal. Seulement, la population est invitée à respecter les barrages de sécurité érigés par les Forces de défense et de sécurité au centre-ville pour les besoins de l’enquête.

  J. Millogo

 

 

Laisser un commentaire